• Ninon Iris H

Dans les coulisses des passages les plus intenses d'Alphas !


Dans les coulisses des livres !


Bonjour et Bienvenue !


Aujourd'hui je vais te révéler d'immenses secrets !!!

Bon... pas si gros que ça, mais il s'agit bien de choses dont je n'ai jamais encore parlé. Et ces informations vont te plonger tout droit dans les moments les PLUS INTENSES d'Alphas.

Alors prépare-toi à revivre ces passages vibrants et en connaître leurs origines !

Eh oui, cet article détaille la naissance de ces moments, comment j'ai vécu leur création, leur rédaction et plus ...


WARNING !! SPOILER !! Si tu n'as pas encore lu Alphas ou si tu ne l'as pas encore fini, cet article contient des spoilers qui te gâcheraient pas mal de surprises et de rebondissements.

Tu peux aller lire Alphas (https://amzn.to/2P9AJUA ) et revenir après pour partager ces moments avec moi !


Avant de rentrer dans le vif du sujet, scène par scène, je dois préciser que j'appelle ces moments "les plus intenses" car non seulement ils contiennent un beau paquet d'émotions et sont des passages clefs pour l'intrigue, mais ce sont également ceux qui m'ont fait ressentir le plus choses pendant leur rédaction ou leur conception.

Les meilleurs moments d'écriture et d'imagination ont été dans ces scènes pour moi.

Sur ce, commençons avec la première scène.



"La course poursuite"

Cette scène dure à peu près toute la partie "Nola" du chapitre 1, de la page 10 à la page 12 (jusqu'à la page 16).

Si tu as lu mes premiers articles, tu sais qu'Alphas est un projet qui a débuté par une première idée il y a sept ans environ. Donc, oui ça date, même si le livre que tu as lu n'a rien à voir avec ce qui a été (article à suivre :) ). Pour tout dire, cette scène de course poursuite à travers un parc boisé faisait déjà partie de l'intrigue à l'époque. Elle était également la première scène du livre. En commençant la rédaction d'Alphas en 2018, je savais exactement comment j'allais ouvrir l'histoire (ce moment qui peut vite devenir une source d'anxiété MAJEURE).

On y voit Nola dans le parc qui sent la présence d'autres loups et qui se sait pourchassée. Cette scène met en lumière l'Alpha qu'elle est mais représente également l'Introduction de l'univers fantastique. Rien de tel qu'une belle scène d'action !

Pour moi, ce moment devait représenter la force de cette femme, sa puissance et son intelligence. Malgré ses années d'inaction l'héroïne est toujours une puissante Alpha. Dans son arc narratif cette scène équivaut à un réveil brutal et inévitable, elle doit passer à l'action, sortir de son apathie.

Au moment de l'écrire, j'étais certes un peu hésitante. Je ne suis pas une adepte des scènes d'actions (comme les batailles ou les courses poursuites), en tout cas je ne suis pas habituée à en écrire. Le timing de ces scènes est primordial, pour donner le sentiment d'urgence il faut enchaîner rapidement les actions dans des phrases très courtes sans s'attarder sur les détails. J'aime pourtant les descriptions bien intégrées à l'histoire, de façon à ce qu'elles passent quasiment inaperçues mais qu'elles inscrivent une image dans la tête du lecteur. Donc j'ai rajouté des détails en priant pour qu'ils ne dérangent pas l'action. Et j'ai été ravie (et un peu soufflée) des premiers commentaires de mes bêta-lectrices qui ont vraiment apprécié cette scène.

Oh oui, si tu te demandes, c'est bien cette scène que tu peux voir dans le TRAILER d'Alphas (enfin si cette scène se passait en hiver dans un village français XD).



"La scène du bureau/photos"

Retrouve cette scène chapitre 5 de la page 63 à la page 69.

Cette scène s'est présentée comme l'une des plus vives (si ce n'est la plus vive) dans mon esprit. Un vrai bain d'images et de sensations. C'est l'une de ces scènes qui sont là sans qu'on se pose la question. Je ne peux pas te dire que j'ai réfléchi à cette pièce et à ces photos. Elles étaient là tout simplement, attendant que je les couche sur le papier. Cela fait partie des phénomènes magiques et étranges de l'imagination. Mais autant dire que depuis le début je savais que cette scène allait arriver.

On y voit Nola et Caleb, tous les deux (littéralement ) face à leur passé. Et pour la première fois depuis leurs retrouvailles ils sont confrontés à la réalité de leur relation. C'est dur pour Nola de réaliser la perte de leur relation, et c'est d'autant plus dur pour Caleb de revenir à celle-ci.

Cette scène est incontournable si l'on veut comprendre comment ils peuvent évoluer ensemble par la suite. Il faut définitivement faire le deuil du passé pour construire quelque chose de neuf. Cette leçon est tellement importante, et ça, nos deux héros ont bien du mal à l'appliquer.

C'est définitivement l'une de mes scènes préférées du livre.



"La scène du feu de camp"

Retrouve la scène chapitre 12/13, page 187 à 196, ou plutôt, saute directement à la page 196.


Ok, je vais réduire celle-ci à une simple ligne de dialogue qui pour moi fait que la scène est puissante. Cette citation, comme la scène précédente s'est plantée dans mon esprit dès le début de la création du livre. Je pouvais presque littéralement entendre la voix de Nola me murmurer ces mots à l'oreille "C'est moi qui t'attends, Caleb."... Ouuuuh, encore maintenant j'en ai des frissons. On peut apercevoir à travers nos paupières closes la lumière orangée des flammes, et entendre distinctement les battements frénétiques de nos cœurs, qui contrairement à nos esprits connaissent déjà la réponse.

Est-ce que je m'emballe ? Peut-être, mais ces moments de tensions extrêmes, quand tu sais que l'élastique va claquer d'un sens ou d'un autre, ces passages sont mes préférés. Ils durent si peu de temps et c'est peut-être ce qui les rend si uniques.

Pour nos personnages, ce moment représente l'ultime décision qui fera basculer leur vie. C'est le saut dans le vide, ou plutôt ce moment où tu te trouves en haut de la falaise et que tes doigts de pieds accrochent la paroi, prêts à lâcher prise. Tiens, lâcher prise, encore quelque chose que Nola et Caleb n'aiment pas faire (et moi non plus pour tout dire).

Toute leur vie, Caleb et Nola ont réussi à ne pas laisser leurs sentiments et leur attirance mutuelle les guider. Il faut dire qu'il y avait toujours un garde-fou pour les en empêcher. Au départ c'était la meute entière, en particulier les aînés, puis la séparation et ensuite Mira. Bien sûr ils connaissent tous les deux les conséquences mais il y a certaines choses contre lesquelles on ne peut lutter indéfiniment.

Cette simple phrase fait basculer nos deux héros. C'est le point de non-retour pour eux, même si Nola en doute pendant quelques heures. Caleb a déjà pris sa décision.



"La scène d'amour"

La première en tout cas, celle qui suit directement la scène du feu de camp. Tu n'auras pas de mal à la trouver, elle commence page 197 jusqu'à la page 209. Chapitre 13 et début du chapitre 14


Ok, parlons de cette scène qui a été un véritable challenge pour moi. D'abord, un petit secret : Pendant toute la création, la rédaction et jusqu'à la toute dernière correction, la scène entière se déroulait du point de vue de Caleb. Je ne sais pas pourquoi ce fut le cas, je pense que je me sentais vraiment connectée aux émotions de Caleb. Alors pourquoi est-ce que tu peux lire le point de vue de Nola, tu me demandes ? Eh bien, ce n'est pas parce que la scène avait un problème. Je l'aimais vraiment comme elle était. Mais les bêta-lectrices m'ont fait remarquer que lors de ces scènes il s'agissait toujours du point de vue de Caleb. Résultat on perdait cette connexion, cette empathie pour Nola. Autant dire que c'est assez dur de réécrire une partie d'une scène que tu aimes vraiment bien, mais nécessaire.

Les scènes érotiques étaient aussi une première pour moi, pas en tant que lectrice mais écrivaine. Comme les scènes d'actions, je ne savais pas si je pouvais faire du bon travail, mais j'aime vraiment la scène au final. La meilleure méthode quand tu écris ce genre de scène, c'est de ne surtout pas penser à toutes les personnes qui vont la lire, notamment tes proches.

L'enjeu pour moi, c'était de conserver l'identité des personnages mais surtout l'essence de leur relation. Dans beaucoup de livres les personnages changent complètement de caractère une fois placé dans une scène érotique. On dirait qu'ils ne sont plus les mêmes et qu'on les a modifiés pour qu'ils rendent la scène plus "sexy". C'était exactement ce que je ne voulais pas avec Caleb et Nola. Je voulais garder leur complicité, leurs sentiments puissants, leur façon de communiquer. Cette scène est placée sous le signe de la tendresse. Avant tout, ils sont meilleurs amis d'enfance et on doit le ressentir. C'est pour ça que l'on peut retrouver des dialogues dans la scène, des moments joueurs, malicieux et complices. Ils ont beau être adultes et porter sur leurs épaules des responsabilités énormes, lorsqu'il s'agit des sentiments amoureux, ils sont comme des enfants. Cette vulnérabilité devait être présente et mettre les personnages à nus (oui, aussi littéralement) l'un face à l'autre. C'est une très belle image du lien indestructible qui les lie.



"La scène du bouleversement et l’au revoir"

Retrouve les scènes au chapitre 21, page 306 à 311.


Ok, pour ces scènes il faut que je te révèle...

Je les ai écrites avec de la musique ! C'est assez exceptionnel dans ma pratique. Je suis beaucoup trop dispersée par le son si j'écoute des chansons en même temps que je rédige. Pour moi, les mots forment leur propre mélodie, j'ai besoin de les entendre dans ma tête avant de les écrire, et leurs voix se retrouvent étouffées par la musique extérieure. Pourtant j'ai ressenti le besoin d'écouter certaines chansons au moment de rédiger ces scènes.

J'avais envie de les savourer. Et surtout, je voulais ressentir autant que les personnages (cela semblait juste, vu les épreuves que je leur fais traverser).

Voici un petit secret sur mon écriture. Au moment de rédiger, je ne ressens pas vraiment les émotions... et attend attend avant de tirer des conclusions, c'est en réalité au moment du processus d'imagination et de création que je suis submergée par des vagues émotionnelles. Lorsque je rédige, j'écoute la sonorité des mots et des phrases, comme je l'ai dit, et je me demande si elle correspond à la tonalité de la scène. Lorsque je crée, il n'y a aucune règle, aucune précaution, aucun "travail"...juste une histoire et les émotions qui nous relient.


J'avais déjà imaginé ces scènes en amont et je savais qu'elles devaient être au sommet de l'intensité émotionnelle. Un pic. Donc résultat j'ai écouté : "Lost without you" de Freya Ridings, les paroles de cette chanson correspondent en plus presque exactement à la situation, et qu'est-ce qu'elle est belle. "Not about angels" de Birdy, "The Scientist" Coldplay. Et "The Call" de Regina Specktor, bon celle-là me faisait pleurer bien avant Alphas.

Et j'en ai pleuré, pleuré, pleuré en écrivant ces scènes :). Donc j'ai mis trois heures pour les écrire, ce qui équivaut sûrement au double du temps que j'aurais pu mettre habituellement. Je me souviens parfaitement, c'était le soir, tout le monde dormait, il n'y avait pas de lumière dans mon bureau et je me suis sans doute arrêtée à une heure du matin. Mais j'étais en symbiose avec les personnages, c'était génial.

J'aime particulièrement ces scènes car, même dans le désespoir, la tristesse et la conviction qu'il n'y a aucune issue, on peut voir l'évolution des personnages. Nola et Caleb ont énormément grandi et même si leur chemin est voué à se séparer, ils sont plus solides. On comprend que Nola est enfin prête à se construire une vie et se laisser être heureuse. Le poids qui pesait sur Caleb s'est levé et il a compris qu'il était fort et complet.



Voilà, c'est tout pour les scènes les plus intenses d'Alphas. Enfin, il y aurait tellement à dire mais tout le reste n'intéresse sûrement que moi ;).


A très vite pour un prochain article.




  • Instagram - Black Circle
  • Facebook
  • YouTube - Black Circle